Découvrir Val-Morin

Inscription à l'infolettre et/ou mise à jour de vos données municipales.
Je m'inscis

Résultats des élections municipales Plus d'info »

Retourner à la liste ...

2011-03-25
Les Jardins de la Gare

Voir les photos Voir les photos ...

Les Jardins de la Gare
La construction de cette superbe maison remonte à l’an 1908. Cette année-là, M. Fidèle Ouellette, homme de taille imposante, toujours vêtu de noir, homme à tout faire, travaillant à la prison de Saint-Vincent-de-Paul à Laval, épouse Corinne Filiatrault, de Sainte-Rose et construit cette magnifique demeure pour s’y établir, avec l’intention d’ouvrir un petit hôtel. Mais Corinne s’y oppose farouchement, car elle ne veut pas devenir la femme d’un hôtelier. Alors, Fidèle, ayant de bons contacts avec les grands hommes politiques, obtient la concession du bureau de poste, combiné au magasin général et pension en 1914. Il procède alors à la rénovation, en couvrant la bâtisse de bardeaux d’aluminium gaufré. N’oublions pas que le site est exceptionnel : à proximité de la gare et du lac Raymond.

C’est là que naissent cinq enfants : Antoine, décédé en bas âge, Antoinette (1910-1989), Monique (1912-1989), Jacqueline (1916-1931) et Félicité (1918-1998). Fidèle exerce aussi son métier de forgeron dans l’atelier à l’arrière de la maison. Il est parmi les marguilliers fondateurs de la paroisse en 1925 et deuxième maire de la Municipalité de Val-Morin, après M. Tancrède Legault.

Dans les années vingt, M. Ouellette suit des cours de mécanique et d’électricité automobile. Son atelier devient alors un des premiers garages du Nord. En 1936, Fidèle perd son épouse dans un accident d’auto et a beaucoup de mal à s’en remettre. En 1940, il prend la décision de vendre la maison à deux de ses enfants, soit Monique et Félicité, épouses respectives de Paul et Lucien Lepage. Les deux couples partagent la grande résidence avec leurs enfants : Pauline, fille de Monique et de Paul, et Robert, fils de Félicité et de Lucien. Le magasin général et le bureau de poste restent ouverts jusqu’en 1983 et demeurent intacts jusqu’en 1993, année où le bureau de poste est acheté par la Société canadienne des postes pour être exposé au Musée canadien des civilisations à Hull.

Quelques années après le décès de Monique, c’est-à-dire en mars 1996, Félicité cède la propriété à M. Alain Guénette et à Mme Françoise Racette. C’est à ce moment que l’ancien magasin général se transforme en auberge, en préservant son cachet d’antan. Comme Fidèle doit être content! On accueille des visiteurs de partout, on sert de délicieux repas, ce qui fait qu’on reçoit de nobles récompenses, dont le premier Grand Prix du Tourisme des Laurentides ainsi qu’une mention spéciale du jury, en 1999, le prix d’excellence « Coup de cœur du public », Agricotours, en 1999 et en 2000, et un deuxième Grand Prix du Tourisme des Laurentides en 2000.

Depuis 2002, les nouveaux propriétaires sont Jacqueline Gaudet et Jules Chiasson, tout droit venus du Nouveau-Brunswick. Mme Gaudet connaît Val-Morin depuis les années soixante, grâce à de nombreux séjours au camp Edphy. Dès leur arrivée, l’auberge a subi une métamorphose complète à l’intérieur. Tout en conservant l’authenticité de la construction, elle nous offre des chambres au décor victorien. Ses tenanciers ont d’ailleurs obtenu, à l'été 2004, la classification hôtelière d’Hébergement-Québec.
Comme vous pouvez le constater, cette maison a une âme qui se transmet à travers les occupants. Si, un jour, vous avez la chance de la visiter, vous y découvrirez un peu de nos ancêtres.


Propos recueillis par Lorraine Clément et Huguette Viau auprès de Pauline Lepage, Jacqueline Gaudet et Alain Guénette.

Texte : Huguette Viau
Photos : Serge St-Hilaire, Huguette Viau et archives

 

Retourner à la liste ...